Remodelage de la glande mammaire

 Françoise Railhet, France

Les scientifiques continuent de découvrir des choses étonnantes sur l’anatomie humaine et animale, notamment des découvertes liées à la lactation. La destruction des cellules endommagées ou anciennes est essentielle au renouvellement des tissus tout au long de la vie d'un individu. La glande mammaire connaît des variations cycliques au cours des cycles menstruels, ainsi que d'autres variations de remodelage importantes pendant la grossesse, la lactation et l'involution (l'état inactif après le sevrage). Une étude réalisée par Akhtar et al en 2016 a analysé le rôle de la protéine Rac1, une enzyme essentielle au remodelage des tissus, dans la glande mammaire de souris et de Fran.çoise Railhet partage les conclusions de cette étude.

Les auteurs de l’étude ont utilisé une souche de souris femelles génétiquement modifiées pour supprimer le gène codant pour Rac1. En d’autres termes, les souris modifiées étaient totalement dépourvues de cette enzyme (chromosomes Rac-/Rac-, ce qui signifie que le gène Rac1 était supprimé sur les deux chromosomes). Les souris modifiées ont été accouplées avec des souris mâles de type sauvage (non modifiées) présentant des niveaux d'enzymes normaux. La plupart des premiers portées de petits (chromosomes Rac+/Rac-, ce qui signifie que le gène Rac1 était normal sur un chromosome et supprimé sur l'autre) nés de femelles génétiquement modifiées et allaitées par leur mère ont survécu, bien qu'ils soient plus petits à l'âge adulte. . Cependant, à partir de la deuxième portée, tous les petits nés et allaités par ces mères sont morts de malnutrition majeure dans les 24 heures suivant la naissance. Dès la deuxième portée, ces souris génétiquement modifiées ne pouvaient donc plus allaiter leurs petits. Les glandes mammaires des souris ont été biopsiées et analysées, et l'absence de Rac1 a été observée. L'absence de Rac1 entraînait une atrophie du tissu glandulaire mammaire et une très forte augmentation du diamètre des canaux lactifères (canaux transportant le lait). D'autres études chez ces souris et sur des cellules cultivées de leurs glandes mammaires ont confirmé que c'était l'absence de la protéine Rac1 qui était responsable du développement anormal de la glande mammaire.

Les auteurs ont également étudié l'impact de l'absence du gène Rac1 sur la composition du lait. Chez les souris génétiquement modifiées, le niveau de gamma et de bêta-caséine (protéines du lait) a été considérablement réduit dans le lait sécrété après la deuxième gestation. En l’absence du gène Rac1, de nombreux gènes responsables de la synthèse de diverses protéines et graisses du lait ont été inhibés. Lors de la première gestation, la glande mammaire semblait se développer correctement. Cependant, lors de l'examen histologique (examen microscopique du tissu), il a déjà été observé que son développement était altéré. Le lait sécrété après la première portée contenait moins de lipides et de protéines, mais il était produit en quantité suffisante pour nourrir correctement la première portée. En revanche, l'examen histologique de la glande mammaire après sevrage de la première portée a montré la persistance du lait dans la glande mammaire chez les souris génétiquement modifiées mais pas chez les souris sauvages. Il semble donc que l’involution normale de la glande mammaire après le sevrage ne se produise pas en l’absence du gène Rac1.

Les biopsies de la glande mammaire observées au fil du temps ont révélé que les anomalies de la glande mammaire étaient déjà présentes deux jours après le sevrage de la première portée, avec une dilatation importante des canaux lactifères encore observée quatre semaines après le sevrage, et toujours présente lors de la deuxième gestation. Chez les souris non modifiées (sauvages), les canaux galactophores étaient modérément dilatés dans les premiers jours après le sevrage, mais la glande mammaire était complètement revenue à son état d'avant la gestation quatre semaines après le sevrage. Ceci suggère que Rac1 joue un rôle majeur dans l’involution mammaire, essentielle pour permettre à la glande mammaire de fonctionner normalement lors de l’allaitement ultérieur. Cela a été confirmé par une exploration plus avancée des cultures de cellules de la glande mammaire, qui a révélé qu'en l'absence de Rac1, les globules blancs chargés d'éliminer les cellules mortes du sein ne pouvaient plus « digérer » le lait, qui persistait dans la glande mammaire, induisant rapidement une augmentation massive du diamètre des canaux lactifères.

Le remodelage de la glande mammaire après le sevrage, qui permet la réabsorption du lait encore sécrété ainsi que l'élimination des cellules mortes, est essentiel à la réussite des lactations futures. Rac1 joue un rôle majeur dans ce remodelage chez la souris. L'existence de ce phénomène chez la femme reste à étudier.

Akhtar, N et coll. Rac1 contrôle à la fois la fonction sécrétoire de la glande mammaire et son remodelage au cours des gestations successives. Cellule de développement 2016 ; 38(5):522-35. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27623383

Françoise Railhet, est une ancienne animatrice LLL et biologiste. Elle est responsable des « Dossiers de l'Allaitement », la publication de LLL France destinée aux professionnels de santé.