Dawn Tucker, Ouzbékistan et Floride, États-Unis

Je vis en Ouzbékistan, mais je suis retourné chez moi en Floride pour avoir ma petite fille, Joséphine, et pour être près de mes amis et de ma famille. Nous sommes restés trois mois : six semaines avant et six semaines après l'accouchement avant de retourner en Ouzbékistan.

Contact avec la Ligue La Leche

Comme j'avais entendu dire que l'allaitement n'était pas toujours naturel, j'ai contacté La Leche League via Facebook. Genny Stiller de Pensacola a répondu avec beaucoup d'informations, de bons liens et des livres à consulter. J'avais une doula et des amis qui allaitaient, alors je pensais que ce serait suffisant, mais ce n'était pas le cas. Je n’ai eu qu’une seule occasion d’assister à une réunion LLL, lorsque mon petit avait quatre semaines, et je savais que j’allais bientôt retourner outre-mer.

J'étais dans une situation désespérée lorsque je suis entré dans cette réunion et j'avais plus de questions que je ne m'en souviens.

J'avais peur d'allaiter « pour le confort », ce que je ne pensais pas devoir faire, même si maintenant j'attends cela avec impatience.

Genny m'a accueilli et m'a expliqué qu'un bébé devait être tenu dans ses bras ; que le réconfort dont un bébé a besoin et que vous pouvez lui apporter crée un lien fort entre la mère et l'enfant. Suivre l'exemple de mon bébé m'aiderait à établir ma production de lait et il n'y avait rien de mal à le nourrir pour le réconforter ou à l'allaiter pour qu'il dorme. En effet, il est naturel et bon de laisser l'allaitement aider votre bébé à dormir.

Joséphine était douée pour se nourrir. Elle pouvait prendre le sein dès la première heure. Mon pédiatre l’appelait « l’enfant modèle de l’allaitement ». Alors pourquoi mes mamelons étaient-ils si douloureux que je pleurais de douleur ? Je savais qu'il fallait du temps pour s'habituer à l'alimentation, mais Joséphine ne prenait pas toujours bien le sein. Genny m'a regardé la nourrir et m'a suggéré une technique consistant à « retourner » le mamelon dans la bouche après l'avoir passé dans la zone située entre le nez et la lèvre supérieure. Cela a fonctionné ! Joséphine avait aussi la plus petite bouche et semblait aspirer ses lèvres. Genny m'a vraiment aidé à permettre à mon bébé de prendre le sein plus confortablement.

Je m'inquiétais de la fréquence à laquelle je devrais nourrir mon bébé et pendant combien de temps. C'était comme si mon petit était constamment au sein. Je n'ai eu aucune pause. Je ne pouvais pas imaginer qu'elle avait faim. Genny a expliqué les poussées de croissance et «alimentation en grappes.» J'avais besoin d'entendre qu'il était normal que mon bébé soit allaité très fréquemment et qu'il puisse avoir besoin de réconfort et que cela n'était pas grave non plus.

L’un de mes seins avait une quantité beaucoup plus importante que l’autre. Le lait jaillissait littéralement et mon bébé s'étouffait. J'étais tellement paranoïaque que ça aurait pu la blesser. Certaines mères du groupe avaient le même problème et ressentaient ma frustration. Encore une fois, c'est normal et cela a aidé de savoir que Joséphine s'habituerait à la différence et ajusterait les choses par elle-même. C'est incroyable à quel point les bébés sont adaptables. Ils savent ce qu'ils font; c'est nous qui ne le faisons pas !

Genny était gentil et solidaire. Elle a senti que j'étais submergé par les hormones, les émotions et les questions, et elle a patiemment écouté et répondu à toutes mes questions tout en incitant les autres mamans à partager leurs nombreuses idées pour faire face à une déception rapide. En faisant le tour du cercle, chacune m'a expliqué ce qui avait fonctionné pour sa famille, offrant ses conseils pour aider papa à créer des liens, à se reposer et à traiter les mamelons douloureux. Quand je suis parti, j'ai ressenti un tel sentiment de soulagement : cette connexion avec d'autres personnes qui vivaient les mêmes choses est ce qui m'a le plus aidé.

Genny s'est assuré que je savais que je pouvais contacter le groupe si j'avais d'autres questions. Les questions ne s'arrêtent pas après quatre semaines, elles changent simplement ! Chaque fois que je prenais contact, Genny était très minutieux et serviable. Anticipant mon vol à travers le monde avec un enfant de six semaines, Genny a suggéré de nourrir Joséphine dans le harnais à anneaux pendant le décollage et l'atterrissage pour l'aider avec les changements de pression atmosphérique. Elle a suggéré de vérifier dans les aéroports les salles de lactation. Qui aurait cru que tout ce monde de soutien existait ? Elle est même venue jusqu'à chez moi pour me montrer comment porter mon petit dans le ring sling.

Une fois de retour en Ouzbékistan, nous sommes restés en contact par e-mail. Quand Joséphine a commencé à dormir toute la nuit, j'ai eu mastite. Comme nous n'avons pas les meilleurs soins médicaux ici, je me suis tourné une fois de plus vers Genny. Elle n'a pas tardé à répondre en me donnant des informations sur la vidange du sein et le repos, le massage de la zone, l'utilisation de compresses chaudes et, surtout, en me faisant savoir que je pouvais m'en sortir et continuer à allaiter. Quelques jours plus tard, je me sentais mieux.

Je sais que chaque fois que je contacte mon amie et mentor Genny, elle aura des informations solides, raisonnables et éclairées à partager. J'apprécie son aide pour l'allaitement et la maternité ainsi que sa camaraderie. Et maintenant, elle me soutient dans mes aventures avec des solides de départ.

Comme je suis reconnaissante d’avoir trouvé LLL et rencontré Genny !